On Air – Tomás Saraceno

Cette exposition au Palais de Tokyo est une expérience du plus-que-présent où le temps et l’espace sont mis en scène avec poésie et engagement, à travers les tissages des araignées et la légèreté des ballons d’air. L’espace est tissé par les araignées. Ces liens fins qui relient les points de l’espace dessinent des architectures fines et robustes et une impression de fragilité semble animer les spectateurs. A d’autres endroits, l’artiste tisse lui même des fils dans des espaces où l’on peut se glisser. L’espace devient ludique, apprivoisé. > Les fils qui tissent l’espace sont infiniment plus petit que l’espace qu’ils délimitent. Observer le vide et s’y déplacer plutôt que de suivre les fils est une expérience du plus-que-présent. L’espace est Lire plus …

Le dîner de Noël

Depuis 4 ans, nous tirons au sort début décembre la répartition des plats de Noël. Ensuite chacun se prépare, cherche des recettes, fait des essais, se met la pression de Noël. Puis le 24, chaque groupe passe en cuisine. Venir avec ses préparations, faire les plats minutes, réchauffer les sauces et dresser les assiettes. Cette année ce fut particulièrement réussi. Apéritif : foie gras et champagne Mouzon-Leroux, jus d’ibiscus fait maison. L’étincelle du repas. Ca croustille, ça fond et les bulles pétillent – les verres cliquettent. Entrée terre – ballade en sous bois : cèpes, noix, noisette, mâche et grany-smith avec un Saint-Joseph. Les pieds s’enfoncent doucement dans le sentier humide et craquent des brindilles, là-bas la fraîcheur de la Lire plus …

quelques liens

« Quelques liens autour du concept : En cherchant sur google : « le plus que présent » Mathias Malzieu du groupe Dyonisos, suite à une greffe de moelle il découvre que la vie est au plus-que-présent. Rencontrer Karl Lagerfeld c’est une expérience plus-que-présente. Maria Clark est un modèle au plus-que-présent, lors de ses séances, les artistes et élèves sont pris par l’acte de dessiner et le temps passe vite; pour le modèle qui tient 45 minutes sans bouger, le temps est différent;ce temps là il faut pouvoir le vivre sans y penser. Les temporalités se fondent, il n’y a plus ni passé, ni futur, c’est ce que j’appelle le plus-que-présent… Être au-delà de toutes les temporalités. Cette oeuvre du site Phantasiology qui Lire plus …

NE/SO – voyage culinaire

Une expérience de saison ; l’expérience culinaire de l’hiver. En couleur : des tons marrons, beige, blanc, jaune – les feuilles sont tombées, reste une terre humide. Et des paysages multiples de tous horizons. 9 plats, 9 étapes : 1 voyage. Émulsion de parmesan, gnocchi : le nuage se pose sur la Toscane. Salsifis, oeuf, foie gras et bouillon de volaille en émulsion : la porte d’un poulailler du sud-ouest. Ormeau et œufs de poisson : plage de galets en hiver. Oursins, Saint-Jacques, jus de barbe entourés de genévrier braisés : retour de baignade de coucher de soleil un printemps de Bretagne. Turbot nacré et légumes fermentés : Arcachon en automne. Lieu jaune ikejime et caviar : ça claque quelque Lire plus …

Improviser

Improviser est un verbe du plus-que-présent ; j’en partage ici l’expérience unique. Les critères du plus-que-présent / musique / écriture / peinture / Conservation : S’appuyer sur un socle connu pour ne pas perdre pied et se permettre d’avancer / le rythme, la tonalité / la grammaire, les mots / les couleurs, les textures / Anticipation : Apprécier le chemin parcouru, les contours pour pouvoir imaginer de nouveaux virages / la mélodie, les séquences d’accord, les rythmiques / la ponctuation / la durée de séchage / Engagement : Quitter les sentiers battus, tenter des escapades / un bémol, un dièse, une dissonance, une répétition entêtante, la tenir, l’approfondir / la coordination, la juxtaposition / le trait, le tube / Lâcher-prise : Sentir les vibrations, Lire plus …

La table d’Hami

Un voyage là-bas, en Corée. Le lieu, vert et blanc, agencé drôlement avec une grande zone centrale crée tout autour des espaces conviviaux bordés par les murs. Cette cuisine c’est l’expérience de l’entre deux : entre gluant et croquant, entre amer et doux, entre épicé et fade, entre froid et chaud. Une zone subtile où le gastronome doit s’engager pour s’y retrouver. Les entrées. Mandous finement croquants. Japchae doucement gluantes. Kimchi savament farinés et subtilement épicés. Les plats. Bulgogi vanillement grillé. Sundubu, soupe de dragon où le tofu masque hypocritement la chaleur rougeoyante. Bibimbap magnifiquement disposé, rapidement mélangé et habilement constitué ; au poulet ou aux poulpes. Les desserts. Gâteau de goji – le gluant prend ici toute sa saveur Lire plus …

La course du Rhum

Quel voyage ! Loïc envoie un message sur Whatsapp : la course démarre dans 10 minutes. Je télécharge l’application, choisis le plus grand des bateaux et c’est parti ; nous voilà 150 000 sur les mers déchaînées. Une expérience d’ubiquité. A la radio, dans les embouteillages le matin, j’entends les problèmes météo et les avaries diverses ; en arrivant, je vérifie le cap, prévoies la route jusqu’à la fin des réunions de la matinée. A midi, je partage ma position avec mes collègues marins qui m’aident à me placer dans le vent et la direction. Le soir je rectifie le cap tout seul – je me suis enlisé au cœur des dépressions et j’ai perdu 3 jours à cause de Lire plus …

Se promener

Quatre expériences simultanées dans la promenade – un parcours d’endroit en endroit. goûter l’arrivée dans un endroit > anticipation identifier l’endroit que l’on parcourt comme un endroit mémorable > lâcher-prise s’engager dans le départ de cet endroit > engagement repenser l’endroit comme un espace-temps unique > conservation > l’endroit est à l’instant, ce que l’espace est au temps. Dans le parc de Versailles, les endroits : le grand champ, le chemin bordé d’arbres plein de gui, l’arrivée sur le canal, la petite Venise, la grille de la reine. Dans le parc de Chèvreloup, les endroits : le grand champ, la cabane de pierre, l’étang, les tuyas, les pommiers de Gally, l’ancien réservoir Dans la forêt de Louveciennes : le château Lire plus …

Le désert de Liwa

L’expérience du désert est une expérience plus-que-présent. C’est probablement le dénuement extérieur qui emplit notre être intérieur et nous élève. Anticipation : chaque pas est une anticipation du suivant Conservation : chaque pas est une conservation du précédent Lâcher-prise : écouter le silence du vent, se figurer la vie, se laisser couler avec le sable Engagement : avancer, marcher, …