Saint-Petersburg – la Puissante

  • Saint-Pétersbourg est puissante ; la noirceur et la force de la Neva ; les palais gigantesques, les sombres canaux, les églises luminescentes et les grandes artères. Le ciel glorieux et le soleil de minuit magnifient la cité russe.

Deux champs d’expérience du plus-que-présent : le vertige (attirance et répulsion du fleuve, nuits blanches, complexité russe) et la stabilité (rigueur et précision, solidité des édifices et des traditions).

On retrouve à Saint-Petersburg les verbes du plus-que-présent :

      • Conservation : solidité des constructions et des traditions
      • Anticipation : toujours sur le fil, tout peut basculer dans un univers sans contraintes, les saisons ont chacune leur exceptions
      • Engagement : le regard, la marche, la gastronomie, les églises inspirantes, la complexité russe
      • Lâcher-prise : la nuit blanche, la fête – à la russe
  • La ville : à fleur d’eau – construite sur les marécages. Les églises et palais multicolores sont prêts à étinceler sur la neige en hiver. L’épisode soviétique n’a pas laissé de traces en centre ville. Seule quelques vestiges Staliniens ornent la grande artère. L’expérience de la maîtrise historique des éléments urbains.
la ville

Une bière de l’Oural ; des canaux agités , des églises luminescente

Le jardin d’été en été

les sculptures du jardin d’été : une collection de personnages – leurs yeux brûlés par le ciel blanc d’hiver. Des histoires où les noms changent de nom.

Les commerces – Art Déco et Légumes de Terre

  • L’opéra Marinski II – le nouvel opéra. Un ballet contemporain au moment du festival d’été. La complexité russe :  des costumes illuminés, des histoires à dormir debout (pas étonnant avec ce soleil de minuit). L’expérience culturelle Russe.

Les Opéras sont des lieux de voyage comme certains aéroports. Comme si les grands plafonds étaient une porte vers le ciel. « Stars of the White Nights »

  • Le roof-top : au dessus de notre superbe hôtel – un DJ et une électro de nuits blanches. Notamment ce mix sur Toto « Africa ». Et la nuit à 3h du matin : plein Soleil. L’expérience de la Nuit Blanche.

Le soleil frôle l’horizon . De bons cocktails de vodka. Un DJ Set impeccable et une vue imprenable sur le golfe de la Neva.

Les ponts se lèvent pour laisser passer les gros bateaux. La fête se lève aussi. Et à l’horizon ce fil rouge des nuits blanches.

  • Le restaurant Gogol : dans ce restaurant, toute l’ambiance du repas bien protégé dans notre isba (petites fenêtres, nappe en lin) : Caviar, Vodka et poissons d’eau douce.L’expérience du repas russe.

Bière de l’Oural, Caviar et vodka, salade russe, boeuf à la Stroganoff, coulibiac en croûte

  • L’Ermitage : le plus grand musée du monde. Heureusement que nous étions accompagné de notre guide Macha ; pour aller de palais en palais, ornés, ornés, ornés. L’expérience de l’Ermitage.

Le long de la Neva – le vert Ermitage. Entre émeraude et glace teintée.

Des plafonds qui retraçent toute l’Europe. L’espace et le temps inscrits dans les plafonds. L’expérience des plafonds.

Des tableaux de maîtres – les mains de Rembrandt. L’expérience de retrouver Louveciennes et Valcros à des milliers de kilomètre. L’espace s’est encore condensé.

  • Le tour de la Neva – fleuve de vie et mort. La noirceur et la puissance de l’eau ; comme si la ville était construite au dessus d’un trou noir. Les baigneurs n’y sont pas. Sans doute l’expérience la plus marquante où le fleuve aspire tout.

La robe blanche de la mariée au dessus du trou noir de la Neva. La tradition russe – rude et engagée. Lâcher-Prise.

Le tour de la Neva. Les ponts, les plages, les palais et un cocktail pour terminer. La chaleur russe.

  • Le ciel à Saint-Pétersburgh : il devait pleuvoir. Il n’a pas plus mais nous avons eu tous les cieux possibles : irisés par le soleil de minuit, les nuages agités du golfe de Finlande.

Autour de la Neva à 16h. Un tableau du 17ème.

A côté de l’Opéra à 22h. Incroyable profondeur de l’horizon.

Au bord de la Neva à 13h. De l’Est s’approchent le paysage du lendemain.

A 14h, avant de prendre l’avion. La richesse des nuages.