Les robots artistes

Exposition – Artiste & Robots – Grand Palais

Les robots sont des créations humaines, des objets, des outils, des processus, des algorithmes, … Ils sont des médias pour développer chez l’homme une nouvelle conscience de lui-même et de son potentiel. Bref, des objets plus-que-présent.

L’artiste conçoit et programme le robot pour qu’il réalise des objets artistiques. Il lâche prise sur sa maîtrise du résultat pour développer chez lui et chez moi la surprise du présent.

Regarder ces robots/outils créer, ex nihilo ces oeuvres est une expérience complète (émotion, opération, représentation) :

  • Emotion : la dimension plastique du résultat stimule en moi des rétrospections qui réveille mes sens.
  • Opération : le robot agit devant moi et je le vois construire, fabriquer opérer, j’agis en le suivant du regard – l’introspection.
  • Représentation : il s’agit de chercher à se représenter ce qui se passe, de le formaliser, le verbaliser (prospection)

Que vois-je en fait ? L’intention de l’artiste, la projection d’un processus pseudo-aléatoire, la réalisation d’une oeuvre plastique ? Une fois le côté ludique passé – qui a toute son importance, car il réveille en moi un premier niveau de lâcher prise – je cherche à rationaliser le processus pour enfin accéder à cette nouvelle conscience du plus-que-présent.

Leonel Moura – Robot Art 

Le robot parcourt le sol en laissant des traces faisant de jolis dessins, telle la fourmi laissant sa phéromoneUn algorithme que j’ai déjà programmé pour franchir un mur. Cela avait une expérience étonnante et réjouissante de voir quelques signes (le programme) se transformer en points sur un écran puis en une histoire (certains points s’égarent, certains sont déterminés, d’autres suivent… telles des êtres pensants). Nommer un algorithme « fourmi » est un vernis anthropomorphique qui vise, inconsciemment, à ne pas vouloir chercher ce qui se passe réellement au fond de nous de plus-que-présent. 

Le plus-que-présent se manifeste ici par la prise de conscience que chaque trait de couleur que je vois pourrait être perçu comme le résultat de l’intention de Leonel Moura. Et ainsi, chaque trait de couleur (et il y en a beaucoup) que je verrai désormais ne sera pas un trait, mais la manifestation de Leonel Moura.

Patrick Tresset – Human Study #2.d La Grande Vanité au corbeau et au renard

Une caméra scrute la scène et un stylo la retrace sur un papier. Ces papiers sont exposés, régulièrement ils sont récupérés et on peut les acheter. J’ai acheté la scène que j’ai vu créée en direct. Le procédé se base sur de la morphologie mathématique. J’avais programmé un agent de détourage qui m’avait laissé une grande émotion : donner la vue à quelques signes informatiques.

Le plus-que-présent c’est ici de prendre conscience de la multiplicité des regards (le notre et ceux à distance de Patrick Tresset), des images prolifiques et d’assister à un grand moment d’ubiquité ou Patrick Tresset par son intention se réalise 3 fois en même temps.

 

Arcangelo Sassolino – Untitled

Une tête de grue s’agite dans des souffles malhabiles : une scène anthropomorphique. Cela me rappelle la scène du chien dans « La Mouche » après téléportation. Où comment un artiste prend le pouvoir et décide de transformer des êtres / objets en représentations humaines et de les transporter.

Cette première partie de l’exposition, c’est une expérience d’ubiquité. Les artistes se manifestent dans leurs oeuvres au présent à travers les robots. En en prenant conscience, chaque manifestation, chaque moment peut être ainsi aussi perçu comme la manifestation d’un artiste inconnu : une expérience plus-que-présente.

J’ai créé par le passé des Artistes Virtuels : David Brighter, Maria Santarès, Guiseppe Amarovich, Yvan Taroff, René Dupré et Pierre Félan. J’ai réalisé que les livres que j’ai écrit sur eux procédait du même principe que ces robots d’artistes : des objets anthropomorphiques qui nous démultiplient.

A suivre …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.