La coupe du monde

Chaque match était un moment intense. L’incertitude de l’issue est l’élément moteur de ces expériences. Le temps est très relatif, le match se joue jusqu’à la 95ème minute et les dernières minutes ne valent pas les premières. [lâcher-prise]

Une bonne partie de l’humanité s’est mobilisée pour préparer ces événements (banderoles, invitations à partager). [anticipation] et y participer (cris, peurs, souffle coupé) [engagements].

Grande joie pour les uns, déception pour les autres, mais après le coup de sifflet final celles-ci ne durent pas longtemps – on profite de l’instant présent au plus-que-présent.

Les supporters sont des ambassadeurs du présent – ils encouragent le présent à être encore plus présent ; tous les 4 ans chacun peut le devenir dans son pays et vivre ces expériences.

Comme la lecture et le vin, le foot est un point d’accès au plus-que-présent.

Cette ferveur mondiale est un signe de plus que nous entrons collectivement dans cette nouvelle expérience du temps et de l’espace.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.