L’innocence

La créativité et l’enthousiasme de ce jeune restaurant mérite un détour.

Intimité de la salle, sourire et concentration de la chef, attention du maître d’hôtel.

Les plats s’enchaînent tour à tour régressifs (pain dans l’huile, choux à la crème), minéraux (coquilles saint Jacques, cabillaud nacré), terriens (œuf basse température, volaille croustillante et onctueuse) et aériens (agrumes enfenouillés, oseille musclé). Et des vins sans prétention qui enivrent le plat et les convives d’une douce innocence.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.