Se promener

Quatre expériences simultanées dans la promenade – un parcours d’endroit en endroit. goûter l’arrivée dans un endroit > anticipation identifier l’endroit que l’on parcourt comme un endroit mémorable > lâcher-prise s’engager dans le départ de cet endroit > engagement repenser l’endroit comme un espace-temps unique > conservation > l’endroit est à l’instant, ce que l’espace est au temps. Dans le parc de Versailles, les endroits : le grand champ, le chemin bordé d’arbres plein de gui, l’arrivée sur le canal, la petite Venise, la grille de la reine. Dans le parc de Chèvreloup, les endroits : le grand champ, la cabane de pierre, l’étang, les tuyas, les pommiers de Gally, l’ancien réservoir Dans la forêt de Louveciennes : le château Lire plus …

Prendre un café

Il y a deux expériences : le café solitaire et celui à plusieurs. Je parle de la seconde. Anticipation : trouver sa place autour de la table – à côté de qui, en face de quoi, le dos à quoi et les pieds, … Lâcher-prise : quoi choisir cette fois-ci, que tenter, « tu prends quoi ? » S’engager : ce dernier instant avant d’indiquer – café, demi, Perrier-rondelle, casa, … tenter des trucs, demander la liste des jus, … Conservation : conserver son choix et se préparer à la premier gorgée. Ensuite, les discussions se lancent et l’arrivée des boissons permet à celles-ci de se cristalliser dans le plus-que-présent – car les conversations de comptoir ne se subliment que dans l’instant.

Se coucher

Peu importe l’heure, se coucher est un verbe du plus-que-présent. Il s’agit de passer à l’horizontale. > conservation : cette drôle de sensation qui fait de se coucher une obligation de vie > anticipation : ce moment où l’on sent le moelleux du lit avec la main, qui va imprimer le corps juste après > lâcher-prise : le corps qui se dépose sur le matelas, quelques millisecondes d’apesanteur > engagement : le souffle qui se déclenche vidant d’un coup tout les poumons Avant de s’endormir, il y a dans cette action une première pause du temps et de l’espace : un moment savoureux qui est la frontière entre l’espace animé vertical et l’espace intime horizontal. Elargir cette frontière pour l’occuper Lire plus …

Marcher

Quatre expériences simultanées qui font de ce verbe d’action un verbe du plus-que-présent: sentir les doigts de pied qui s’agrippent aux interstices du sol  > conservation sentir son corps qui s’équilibre sur ses deux pieds  > anticipation sentir les pieds qui se libèrent de la terre > lâcher-prise sentir ses yeux qui se posent sur le chemin > engagement >> la marche pleine conscience

Verbes d’action et verbes d’état

Cela commence avec « respirer » : c’est un verbe d’action mais respirer c’est aussi un état – celui de la méditation pleine conscience qui consiste à se sentir agir pour passer dans cet état second : cette expérience du plus-que-présent. De nombreuses actions deviennent alors candidates pour peu que l’on y porte cette attention. Manger évidemment avec cette rencontre du passé et de l’avenir. Marcher qui nous met dans un mouvement régulier passant d’instabilité à stabilité. Naviguer qui nous met dans un mouvement permanent instable. Les actions qui conservent le contexte de départ une fois qu’elles sont terminées deviennent alors toutes de nouvelles expériences du temps et de l’espace. En élargissant le contexte à quelque chose de plus vaste, tout verbe Lire plus …