Palais de Tokyo

Chaque visite au Palais de Tokyo est une expérience du plus-que-présent. Toutes les forces y sont exprimées : – conservation : l’artiste contemporain prolonge en lui un art historique – anticipation : cet état entre deux qui oscille entre ce que l’on a compris et ce qu’on souhaiterait comprendre – lâcher-prise : forcément utile pour être prêt à la surprise – engagement : les visites avec le médiateur (samedi à 15h) sont parfaites pour partager avec d’autres ce parcours artistique du présent. En juillet 2018, un parcours autour de l’enfance où se mêlent mythes, questionnements, suppositions inquiètes, licornes magiques, langues maternelles, sensations… Être enfant, c’est grandir au présent avec le présent. Une mise en scène du pain merveillante :). Et Lire plus …

Chez Antoine – Paris

Après la visite de l’exposition Zao Wou-Ki (l’Espace est Silence), sur le bord de Seine, Antoine sert une cuisine parisienne et généreuse ; de poissons. Quelques accras et mousse d’anchois pour ioder le décor. Puis une marinade au citron noir d’Iran vient écarquiller les papilles pour donner au poisson toute son exhaustivité. Je réalise tout à coup que le poisson vient de loin, très loin : sous l’eau, de par les mers et les océans, il a voyagé en groupe serré, failli périr 1000 fois, puis est pêché au cœur d’une nuit d’été, ramené par bateau à l’aube, vendu à la criée et convoité par camionnette, rangé dans le frigo avant d’être délicatement cuisiné puis déposé, ici, devant moi. L’expérience Lire plus …

Zao Wou-Ki – l’espace est silence

De grands tableaux fractals : chaque espace ouvre un nouvel espace en 3 dimensions. La matière, la force de la couleur, les glacis, les textures croisées ou piquées ; tout inspire la contemplation profonde. Ami de Henri Michaux, adepte de contemplations active, Zao Wou-Ki propose d’explorer le temps à travers l’espace. Chaque tableau est une carte que l’on parcours des yeux : frontières, rivières, reliefs, zones habitées. L’espace apparaît alors comme une partition de musique : la proposition silencieuse d’un moment de notre temps. Temps à notre discrétion. Formellement, la peinture est une porte du plus-que-présent. L’artiste y inscrit son présent par son engagement, le spectateur y inscrit le sien par son lâcher-prise.

La coupe du monde

Chaque match était un moment intense. L’incertitude de l’issue est l’élément moteur de ces expériences. Le temps est très relatif, le match se joue jusqu’à la 95ème minute et les dernières minutes ne valent pas les premières. [lâcher-prise] Une bonne partie de l’humanité s’est mobilisée pour préparer ces événements (banderoles, invitations à partager). [anticipation] et y participer (cris, peurs, souffle coupé) [engagements]. Grande joie pour les uns, déception pour les autres, mais après le coup de sifflet final celles-ci ne durent pas longtemps – on profite de l’instant présent au plus-que-présent. Les supporters sont des ambassadeurs du présent – ils encouragent le présent à être encore plus présent ; tous les 4 ans chacun peut le devenir dans son pays Lire plus …

La table du 11 – Versailles

Encore une preuve du rayonnement de Versailles. A deux pas du château, la subtilité, l’inventivité et la singularité d’une cuisine française. Ici, on retrouve ce que Louis XIV attendait de Versailles : une vitrine du savoir-faire français, des produits précieux du monde entier sublimé par l’esprit de Versailles. Le menu c’est « l’été ». Pour accompagner ce champagne, des œufs de poissons-volants : le décor est planté, on va voyager dans le monde entier sans quitter Versailles. On commence avec des tomates et une burata italienne dans de « l’eau de tomate » ; de l’eau de parfum pour nous transporter encore plus fort dans un souvenir toscan. Pêche petit bateau et radis glaçons : le poisson se délite avec structure dans cet univers Lire plus …

Le Corot – Ville d’Avray

Dans l’atelier du peintre, un accueil en habit nous ramène deux siècles en arrière . Ce samedi ensoleillé de juillet, avec un mariage bien habillé dans le jardin (brouhaha policé des gens qui ne se voient pas souvent, cri et bruits des enfants sur les graviers qui courent pour vaincre leur timidité), nous venons y fêter notre vingtième anniversaire de mariage. Une promenade dans les bois est le thème du repas. Écrevisse et lierre terrestre à deux pas des étangs ; une nasse matinale réduite en jus et une brioche chaude du matin. Des girolles des bois subtilement amères. Saint-Pierre, coriandre, artichaut et supions ; une belle synthèse de garrigue me rappelle ce saint-pierre figue mémorable de l’Astrance. Un canard Lire plus …